Newsletter
  • Contact
  • Marchés publics
  • Liens
  • Téléchargements
  • Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes
  • Leader
  • Fonds européen agricole pour le développement rural
Diminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimer la pageVersion pdfRecommander à un ami
 

Etat des lieux

Un paysage agricole en mutation

Comme tout territoire soumis au phénomène de périurbanisation, le territoire de Cap 3B a vu s’opérer une forte et rapide mutation de son paysage agricole.

Entre 2000 et 2010, les exploitations agricoles ont décru de façon considérable. Pratiquement la totalité des communes de Cap 3B (périmètre 2015) ont perdu plus de 40 % de leurs exploitations. Ainsi, on recensait 1 939 exploitations professionnelles en 2000 contre 1 249 en 2010. Ce phénomène s’est traduit par une augmentation de la moyenne de la Surface Agricole Utile (SAU) par exploitation. En 2000, la SAU moyenne est de 56 ha puis 59 ha en 2010. Cependant, on constate la raréfaction des petits systèmes d’exploitation (-50ha) au profit d’exploitations pouvant dépasser les 150 ha voire 200 ha.

En outre, le phénomène de périurbanisation a eu comme effet la réduction du pourcentage de la SAU par rapport à la surface totale communale. Ainsi, en 10 ans, la SAU du territoire de Cap 3B a diminué de 3 % entre 2000 et 2010 après avoir chuté de 4 % entre 1988 et 2000. Toutefois, certaines communes, notamment urbaines et périurbaines ont connu de fortes diminutions. On peut citer Bourg-en-Bresse (- 31 % entre 1988 et 2010) ou encore Ceyzériat (- 85 %).

De plus, on observe un vieillissement des chefs d’exploitation similaire à la moyenne régionale. Ainsi, les agriculteurs de moins de 40 ans ne représentent plus que 26% tandis que les plus de 55 ans représentent 34%.

Trois zonages d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) : « Volaille de Bresse » depuis 1957, « Comté » depuis 1958 et « Beurre et Crème de Bresse » depuis 2012 sont présents sur le périmètre du territoire. Les trois sont aujourd'hui reconnus à l'échelle européenne grâce à l'AOP (Appellation d'Origine Protégée). Sur le territoire de la Dombes, la production de carpe est reconnue par une IGP (Identification Géographique Protégée).

Le Bassin de Bourg-en-Bresse représente un potentiel de consommateurs important ce qui est un point positif pour le développement des circuits courts de commercialisation. Ainsi, 3 points de vente collectifs ont vu le jour sur le territoire : Ceyzériat (la Panouille), Saint-Denis-les-Bourg (Fermandises) et Péronnas (Bêêê'Cot). Le site internet de l'alimentation responsable Etik'Table visant à encourager les circuits-courts et le lien producteurs-consommateurs a également vu le jour en 2013 à l'initiative de Cap 3B.

Enfin, on constate l’émergence de nouvelles productions comme l'agriculture biologique (AB) et le développement d’une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP).

Filière Bois et bois énergie à construire

Les massifs forestiers couvrent près de 24 000 ha (20% du territoire). Cependant, leur localisation est relativement inégale et se concentre principalement dans le Revermont (Est du territoire).

Ces espaces varient peu dans le temps et connaissent des évolutions différentes selon les secteurs :

  • augmentation des surfaces : principalement dans la partie ouest du territoire. Cet accroissement est notamment le fait du départ d’agriculteurs à la retraite et du changement d’affectation de parcelles peu favorables à l’agriculture.
  • diminution des surfaces (dans des proportions limitées) : sur des communes dont le taux de boisement est important. Cette régression bénéficie à l’urbanisation.

Si le patrimoine sylvicole est globalement limité en termes de surface à l’échelle du territoire, il offre néanmoins un certain potentiel de production. Toutefois, on note un fort morcèlement du parcellaire et un manque d’entretien régulier de la propriété forestière, ainsi que des problèmes de dessertes qui nuisent à l’optimisation de l’exploitation.

Bien que plusieurs chaufferies « bois énergie » soient déjà opérationnelles sur le Bassin, notamment le réseau de chaleur urbain de Bourg-en-Bresse alimenté par une chaufferie inaugurée en 2015, le bois énergie est une solution dont l’utilisation pourrait être très largement développée tant auprès des opérateurs publics que des particuliers. La présence d’acteurs actifs sur le territoire est un atout incontestable pour la conduite d’actions: Hélianthe, FIB 01, ONF, CRPF, URCOFOR (communes forestières), groupement de sylviculteurs, coopératives forestières, syndicats forestiers, entreprises spécialisées de transport, école du bois de Cormaranche en Bugey...

Retour haut de page